Menu

Mohamed Mbougar Sarr

  • (Philippe Rey, 2021)
    La plus secrète mémoire des hommes
     
    Mohamed Mbougar Sarr
    (Philippe Rey, 2021)
    La plus secrète mémoire des hommes
    non
    Image
    La plus secrète mémoire des hommes

    En 2018, Diégane Latyr Faye, jeune écrivain sénégalais, découvre à Paris un livre mythique, paru en 1938 : Le labyrinthe de l’inhumain. On a perdu la trace de son auteur, qualifié en son temps de « Rimbaud nègre », depuis le scandale que déclencha la parution de son texte. Diégane s’engage alors, fasciné, sur la piste du mystérieux T.C. Elimane, se confrontant aux grandes tragédies que sont le colonialisme ou la Shoah. Du Sénégal à la France en passant par l’Argentine, quelle vérité l’attend au centre de ce labyrinthe ?

    Sans jamais perdre le fil de cette quête qui l’accapare, Diégane, à Paris, fréquente un groupe de jeunes auteurs africains : tous s’observent, discutent, boivent, font beaucoup l’amour, et s’interrogent sur la nécessité de la création à partir de l’exil. Il va surtout s’attacher à deux femmes : la sulfureuse Siga, détentrice de secrets, et la fugace photojournaliste Aïda…

    D’une perpétuelle inventivité, La plus secrète mémoire des hommes est un roman étourdissant, dominé par l’exigence du choix entre l’écriture et la vie, ou encore par le désir de dépasser la question du face-à-face entre Afrique et Occident. Il est surtout un chant d’amour à la littérature et à son pouvoir intemporel.

    Mohamed Mbougar Sarr est un romancier sénégalais d’expression française.

    Mohamed Mbougar Sarr est l’auteur de quatre romans : Terre sainte (Présence africaine, 2015), Prix Ahmadou Kourouma et Grand Prix du roman métis, Silence du chœur (Présence africaine, 2017), Prix Littérature Monde et Prix du roman métis, De purs hommes (Philippe Rey – Jimsaan, 2018) et La plus secrète mémoire des hommes (Philippe Rey – Jimsaan, 2021), Prix Transfuge du meilleur roman français, Prix Goncourt, Prix Hennessy du livre et Prix FETKANN ! Maryse Condé 2021, Mention Spéciale du Jury.

    L’œuvre de Mohamed Mbogar Sarr est engagée et traite de sujets tels que le djihadisme, la crise migratoire, l’identité et l’homosexualité.