lecture
-
musée de la Perrine

30 ANS DE VOIX (IN)OUÏES

Lecture croisée avec Ludmila Charles et Annick Walachniewicz

Ludmila Charles avec La belle saison (Noir sur blanc, 2021)
croise Annick Walachniewicz avec Il ne portait pas de chandail (L’arbre à paroles, 2018)
pour dire la beauté du détail.

  • Ludmila Charles
    (Noir sur Blanc, 2021)
    La belle saison
     
    Ludmila Charles
    (Noir sur Blanc, 2021)
    La belle saison
    oui
    Image
    La belle saison

    Nous sommes dans les années 80, dans une petite ville d’ex-Tchécoslovaquie, à l’aube de Tchernobyl et de la fin de l’ère soviétique. Elena, sixième enfant arrivé vingt ans après les autres, grandit dans un monde de femmes, entourée par sa mère et ses sœurs. C’est le récit d’une petite fille devenue femme, de ses rêves et espoirs devenus renoncements et désillusions.

    La belle saison trace délicatement et par petites touches le portrait de cette femme, au sein d’une famille aux secrets et liens opaques.

    Née en 1967, Ludmila Charles enseigne la littérature à l’université.

    La belle saison (Noir sur blanc, 2021) est son premier roman.

  • Annick Walachniewicz
    (L'arbre à paroles, 2018)
    Il ne portait pas de chandail
     
    Annick Walachniewicz - Festival du Premier Roman et de Littératures Contemporaines 2021
    (L'arbre à paroles, 2018)
    Il ne portait pas de chandail
    non
    Image
    Il ne portait pas de chandail

    Il ne portait pas de chandail brosse le portrait d’une famille, et plus particulièrement d’un père polonais rescapé des camps de concentration
    dans une histoire éclatée de la Seconde Guerre mondiale à nos jours, entre Est et Ouest.

    Un roman d’inspiration autobiographique sobre et bouleversant, construit comme un puzzle, qui nous rappelle que la mémoire se transmet de génération en génération avec son lot de douleurs et d’incompréhension.

    Annick Walachniewicz est scénographe et plasticienne.

    Annick Walachniewicz publie son premier roman, Il ne portait pas de chandail (L’arbre à paroles, 2018), pour lequel elle est invitée en 2019 au Festival du Premier Roman et des Littératures Contemporaines. 

    Annick Walachniewicz est accueillie en résidence d’écriture en Mayenne (saison 2021-2022).