Lundi, 4 Mars, 2019

« Ma rencontre avec Pia Petersen remonte à 2010, j’étais alors encore journaliste pour Arte et réalisais un reportage sur les auteurs qui n’écrivent pas dans leur langue natale. Pia est danoise mais a toujours choisi le français. Passé l’entretien nous avons pris un verre puis un deuxième et ainsi de suite jusqu’au bout de la nuit. Depuis nous sommes amis et j’ai lu à peu près tous ses livres. S’il fallait la « caser », je dirais que Pia écrit des « thrillers métaphysiques ». Des romans de genre très codés, très à l’anglo-saxonne (roman noir, thriller psychologique, huis-clos ultra oppressant) qu’elle modèle ensuite pour y glisser ses propres réflexions : le rapport à l’argent, à la solitude, à la violence, à l’art. Avec des personnages broyés par un système qui tentent de survivre. C’est à la fois très prenant et riche de questionnements. Et d’une grande originalité, je ne connais aucun auteur contemporain de langue française qui, comme Pia, a ce savoir-faire d’une littérature à la fois efficace et exigeante. » Denis Michelis
 

Pia Petersen est l’auteur de dix romans. Elle écrit également pour des revues littéraires dont IntranQu’îllités et L’Atelier du roman. En 2014, l’Académie Française lui a décerné le Prix du rayonnement de la langue et de la littérature française.

Bibliographie
Le jeu de la facilité (Autre Temps, 2000) ; Parfois il discutait avec Dieu (Actes Sud, 2004) ; Une fenêtre au hasard (Actes Sud, 2006) ; Passer le pont (Actes Sud, 2007) ; Iouri (Actes Sud, 2008) ; Une livre de chair (Actes Sud, 2009) ; Le chien de Don Quichotte (La Branche, 2012) ; Un écrivain, un vrai (Actes Sud, 2013) ; Instinct primaire (Nil, 2013) ; Mon nom est Dieu (Plon, 2014) ; Paradigma (Les arènes, 2019)

Jeudi 14 mars / 20 h 30
Etienne (médiapole) à Laval

gratuit
en partenariat avec FNAC/Corneille

En amont de cette rencontre, Pia Petersen a été solicitée par Atmosphères 53, organisatrice du Festival Les Reflets du cinéma scandinave du 08 au 19 mars en Mayenne, pour une carte blanche : projection de "Festen" de Thomas Vintenberg, prix du jury Cannes 1998, le jeudi 14 mars à 18 h 30 au cinéville de Laval.