Vendredi, 10 Novembre, 2017

"Place de la culture dans le processus et le maintien de la paix en Colombie"
Du 13 au 17 novembre : film, tables rondes, expositions, lecture dansée



Dans le cadre de l'année France-Colombie organisée par l'Institut Français est une opportunité saisie par Lecture en Tête pour reconduire une semaine thématique qui réunit arts et littérature colombiens.
Le processus de paix, signé le 26 septembre 2016, entre les FARC et les autorités colombiennes, doit beaucoup aux artistes et intellectuels colombiens qui se sont engagés à observer le cœoeur de la société colombienne en conflit pour nous en transmettre la part d'ombre et de lumière.
Les liens humains dans toute leur complexité seront la source d'inspiration et de questionnement de nos invités.

Du 13 au 17 novembre sont programmés film, tables rondes, exposition et spectacle.




Film "Les couleurs de la montagne" de Carlos César Arbelaez (2011, 1 h 30)
Lundi 13 novembre à 20 h 30 / Cinéma Le Majestic à Montsûrs / 5 EUR
En partenariat avec l’association Le Majestic et Atmosphères 53

Un village dans la cordillère des Andes en Colombie. Manuel joue chaque jour au football avec ses copains. Pour ses 9 ans, Ernesto, son père, lui offre un nouveau ballon et une paire de gants de gardien de but. Un jour, Manuel et Julian, son copain de toujours, envoient le ballon sur un champ de mines par inadvertance. Malgré le danger, toute la bande de gamins décide d’aller le récupérer coûte que coûte… Derrière les jeux d’enfants, les signes d’un conflit armé gangrènent la vie quotidienne, la plupart des habitants étant poussés inexorablement à quitter les lieux. Carlos César Arbelaez nous dépeint l'atmosphère d'une Colombie en guerre civile, à hauteur d'enfant. Une histoire d’amitié, d’oppression et du vœu profond d’une vie normale au milieu d’une guerre absurde.

Carlos César Arbeláez est un documentariste et cinéaste colombien. Il a reçu plusieurs prix pour son premier long métrage de fiction, Les couleurs de la montagne.


Table ronde "Comment la littérature peut-elle s’emparer du processus de paix en Colombie ?"
Mardi 14 novembre à 20 h 30 / Bibliothèque Albert Legendre à Laval / gratuit
animée par Eduardo Garcia Aguilar, écrivain et journaliste colombien
en partenariat avec le réseau lecture de Laval


Certains acteurs du monde culturel dont les écrivains, plus téméraires, œuvrent pour un maintien de la paix entre les différents groupes armés. Ils multiplient les messages pacifiques et contre une guerre qui dure depuis un demi-siècle dans le pays.

Témoignages de trois écrivains au service de la paix.

Albert Bensoussan est écrivain, traducteur et universitaire. Il est l’auteur d’une quarantaine de livres (romans, récits, contes, poèmes, essais et biographies) et a traduit de nombreux auteurs hispanophones (plus de 150 traductions !).
Myriam Montoya vit à Paris depuis 1994. Elle a publié six recueils de poésie, tous traduits en français, dont Fugues (L’Harmattan, 1997), Déracinements (Indigo, 1999), et Boussole du jour (Lune Bleue, 2010), ainsi qu’un roman, La fuite (La Dragonne, 2011). Ses poèmes ont également paru dans diverses revues et anthologies de différents pays. 
Octavio Escobar Giraldo est l'auteur d'une dizaine de romans et de nombreux recueils de nouvelles et des poèmes qui lui ont valu les plus hautes distinctions dans son pays. Après et avant Dieu (Actes Sud, 2017) est son premier roman traduit en français.


Exposition "Lettres d’amour en temps de conflit" de Margarita Sofia De La Hoz Téran et Stéphane Chaumet
Du 15 au 26 novembre / Bains douches ‍‍à Laval / gratuit
Vernissage mercredi 15 novembre à 18 h 30

« Lettres d’amour en temps de conflit » est une invitation à connaître le cœoeur du conflit colombien, à la fois social, politique et armé. Derrière les chiffres insoutenables qui rendent compte de plus de huit millions de victimes, on oublie qu’il y a des visages, des vies perdues, des familles détruites, que des hommes et des femmes subissent le conflit ou y participent. Au-delà de la douleur, ces lettres sont le témoignage de l’émotion, de la dignité, de la solidarité, du désir et de la force de vivre et de survivre, comme un défi à la violence et à la mort. C’est aussi offrir aux nouvelles générations la possibilité de réfléchir sur la nécessité de construire la paix.
L’intention étant de rendre palpable cette réalité, d’en témoigner et d’en faire mémoire.

Horaires permanences :
- Mercredis et vendredis : de 16 h à 19 h
- Samedis : de 10 h à 18 h
- Dimanches : de 14 h à 18 h


"Déambulation artistique in situ"
Mercredi 15 novembre à 17 h / devant le musée des sciences à Laval / gratuit

Balade guidée autour de deux projets artistiques « Le street art, autre écriture du monde » et « Graphies en place », des expositions « Fenêtres avec vues » et « Ramifications artistiques » réalisées par les élèves de l’école d’art de la Perrine de Laval et de l’exposition « Lettres d’amour en temps de conflit » aux Bains Douches


Table ronde "Femmes dans les sociétés en conflit"
Jeudi 16 novembre à 20 h 30 / Étienne (médiapole) ‍‍à Laval / gratuit
animée par Eduardo Garcia Aguilar, écrivain et journaliste colombien
en partenariat avec Femmes solidaires

En butte à de multiples formes d’inégalités dans les sociétés en conflit, telle la Colombie, les femmes sont toujours les premières touchées : victimes, combattantes, mères, épouses, … mais rarement directement mises en valeur…., les femmes aujourd’hui, utilisent toutes les formes disponibles pour s’exprimer : débats, danse, poésie…
avec
Gloria Bernal Acevedo est avocate et criminologue colombienne, spécialisée dans la violence de genre. Elle a écrit plusieurs ouvrages de droit, a publié plusieurs livres, entre recueils de poésie, roman et récit, non traduits ou publiés en français. 
Stéphane Chaumet est écrivain et traducteur. Il a publié plusieurs recueils de poésie, deux romans dont Même pour ne pas vaincre (Seuil, 2011), et un récit Au bonheur des voiles, chroniques syriennes (Seuil, 2013). En 2008 il fonde avec la poétesse et romancière colombienne, Myriam Montoya, la maison d’édition L’Oreille du loup. Il a traduit de nombreux poètes latino-américains et espagnols contemporains.
Margarita Sofia De la Hoz Teran a travaillé en Amérique centrale dans des pays en post-conflit et avec des populations vulnérables, en utilisant le théâtre, l’écriture et la danse comme éléments de guérison et de réconciliation. Elle donne des conférences sur le thème de la paix et la mémoire, et sur les femmes au milieu du conflit colombien.
Jorge Franco est aujourd’hui l’un des écrivains colombiens les plus remarqués internationalement. Il a reçu de nombreux prix littéraires en Colombie pour ses nouvelles et romans. En France, les éditions Métailié ont publié quatre de ses ouvrages : La fille aux ciseaux (Métailié, 2001), Paraiso travel (Métailié, 2004), tous deux adaptés au cinéma, Melodrama (Métailié, 2010) et Le monde extérieur (Métailié, 2016).


Lecture dansée "Les mots en temps de conflit : J'ai joué mon cœur au hasard et la violence l'a emporté"
Vendredi 17 novembre à 19 h / Atelier des Arts Vivants à Changé / de 7 EUR à 17 EUR (billetterie : Ville de Changé)
En partenariat avec la Ville de Changé

Un parcours dans la littérature colombienne contemporaine. Une lecture dansée avec un comédien, Patrick Sueur, et une danseuse colombienne, Ximena Cuervo Vela, qui danse non pas sur de la musique mais sur les mots. Mots des auteurs, voix du lecteur, corps du danseur en résonance.
Cette lecture tente de montrer comment la littérature interroge la société colombienne et s’en fait le miroir critique. Comment elle reflète le conflit qui mine cette société depuis plus de soixante ans, pour mettre en lumière ses complexités, ses contradictions, ses conséquences sur les rapports humains, à la fois au niveau social et intime.

Création et mise en scène : Stéphane Chaumet
danse : Ximena Cuervo Vela
lecture : Patrick Sueur
à partir de 8 ans
renseignements : https://culture-change53.fr/jai-joue-coeur-hasard-violence-emporte/