Astrid Manfredi,
lauréate du Prix Littéraire du 2ème roman 2018
 

Le samedi 27 janvier 2018, parès délibérations, le jury final, présidé par Sorj Chalandon, a attribué le Prix Littéraire du 2ème roman 2018 à Astrid Manfredi pour Havre nuit (Belfond, 2017).

Ceux qui ont aimé son premier roman La petite barbare paru en 2015 aux éditions Belfond retrouveront dans Havre nuit la langue, la musicalité, l'univers tragique d'Astrid Manfredi.
Les autres se feront prendre au piège d'un polar qui n'en est pas un.


Un homme, une femme. Un regard échangé, ds rendez-vous ratés, un amour impossible. Faute d'avoir Alice, Laszlo tuera toutes les autres.
 

Astrid Manfredi a créé le blog de critiques littéraires "Laisse parler les filles" et collabore avec le Huffington Post. En 2015, elle publie son premier roman, "La petite barbare" (Belfond, 2015) pour lequel elle est invitée à Laval au Festival du Premier Roman et des Littératures Contemporaines en 2016.


Astrid Manfredi a reçu son prix des mains du président du prix Sorj Chalandon lors du Festival du Premier Roman et des Littératures Contemporaines le samedi 14 avril 2018 à Laval. Remise de prix suivie d'un entretien animé par Frédéric Martin.







                                                                                        ♦♦♦

  12 titres parus entre janvier et décembre 2017 sont en lice pour le Prix Littéraire du 2ème roman 2018 :

  • Sucre noir de Miguel Bonnefoy (Rivages)
  • Les duellistes de Pierre Chavagné (Albin Michel)
  • Divertissement de Thomas Coppey (Actes Sud)
  • Zabor ou les psaumes de Kamel Daoud (Actes Sud)
  • Le petit garçon sur la plage de Pierre Demarty (Verdier)
  • Un certain M. Pieckielny de François-Henri Désérable (Gallimard)
  • Une chance folle d'Anne Godard (Minuit)
  • Havre nuit d'Astrid Manfredi (Belfond)
  • Ce que tient ta main droite t'appartient de Pascal Manoukian (Don Quichotte)
  • Imitation de la vie d'Antoine Mouton (Christian Bourgois)
  • Sous le ciel qui brûle de Hoai Huong Nguyen (Viviane Hamy)
  • Le parfum de l'innocence de Parisa Reza (Gallimard)